Décolonisation spirituelle en Afrique
Kayemb Uriel Nawel - Le Nlongi
» Livres de l'auteur
» L'auteur - Le Nlongi
» Eglise et colonisation
» Le Katanga
» Apostasier
» Message politique
» Liens-lettres-articles
» Accueil


 

UN NOIR CHRETIEN EST UN TRAITRE A LA MEMOIRE DE SES ANCETRES : AFRIQUE REVEILLE-TOI !

 


EXTRAIT DU LIVRE : POISON BLANC

Les meilleures illustrations du rôle de l’assimilation religieuse en vue de la réussite de la colonisation et de l’exploitation économique sont probablement les discours tenus par le Ministère Belge des Colonies, et surtout le discours tenu, en 1883, par Léopold II, roi des Belges, devant les missionnaires se rendant en Afrique. Ces discours, permettent de bien saisir la véritable mission du colonisateur et de l’Eglise Catholique en Afrique. Tout particulièrement, ce discours prononcé par Léopold II, ensemble avec l’Eglise deux mains sur un gros ventre, mérite largement d’être connu, car jusqu’à aujourd’hui encore il demeure d’actualité, rien n’a véritablement changé. Voici ces discours accablants :


Discours de Léopold II, roi des Belges, en 1883 :

« Révérends Pères et Chers compatriotes ,

La tâche qui vous est confiée est très délicate à remplir et demande du tact. Prêtres, vous allez certes pour l’évangélisation, mais cette évangélisation doit s’inspirer avant tout des intérêts de la Belgique.

Le but principal de votre mission au Congo n’est donc point d’apprendre aux Nègres à connaître Dieu, car ils le connaissent déjà. Ils parlent et se soumettent à UN MUNDI, UN MUNGU, UN DIAKOMBA et que sais-je encore ; ils savent que tuer, voler, coucher avec la femme d’autrui, calomnier et injurier est mauvais. Ayons donc le courage de l’avouer. Vous n’irez donc pas leur apprendre ce qu’ils savent déjà.

Votre rôle essentiel est de faciliter leur tâche aux Administratifs et aux Industriels. C’est dire donc que vous interpréterez l’Evangile d’une façon qui serve à mieux protéger nos intérêts dans cette partie du monde. Pour ce faire, vous veillerez entre autre à désintéresser nos sauvages des richesses dont regorgent leurs sol et sous-sol, pour éviter qu’ils s’y intéressent, qu’ils ne nous fassent pas une concurrence meurtrière et rêvent un jour de nous déloger.

Votre connaissance de l’Evangile vous permettra de trouver facilement des textes recommandant aux fidèles d’aimer la pauvreté, tel par exemple « HEUREUX LES PAUVRES CAR LE ROYAUME DES CIEUX EST A EUX. IL EST DIFFICILE AU RICHE D’ENTRER AU CIEL ». Vous ferez tout pour que les Nègres aient peur de s’enrichir pour mériter le ciel. (…) Vous devez les détacher et les faire mépriser tout ce qui leur procurerait le courage de nous affronter. Je fais allusion ici principalement à leurs fétiches de guerre. Qu’ils ne prétendent point ne pas les abandonner et vous, vous mettrez tout en œuvre pour les faire disparaître.

Votre action doit se porter essentiellement sur les jeunes afin qu’ils ne se révoltent pas. Si le commandement du Père est conducteur de celui des Parents, l’enfant devra apprendre à obéir à ce que lui recommande le Missionnaire qui est le père de son âme. Insistez particulièrement sur la soumission et l’obéissance. Evitez de développer l’esprit critique dans vos écoles. Apprenez aux élèves à croire et non à raisonner.

Ce sont-là, Chers Compatriotes, quelques-uns des principes que vous appliquerez. Vous en trouverez beaucoup d’autres dans les livres qui vous seront remis à la fin de cette séance. Evangélisez les Nègres à la mode des Africains, qu’ils restent toujours soumis aux colonialistes blancs. Qu’ils ne se révoltent jamais contre les injustices que ceux-ci leur feront subir. Faites leurs méditer chaque jour « HEUREUX CEUX QUI PLEURENT CAR LE ROYAUME DES CIEUX EST A EUX ». Convertissez toujours des Noirs au moyen de la chicotte.

Gardez leurs femmes à la soumission pendant neuf mois afin qu’elles travaillent gratuitement pour vous. Exigez ensuite qu’ils vous offrent en signe de reconnaissance des chèvres, poules, œufs, chaque fois que vous visitez leurs villages. Faites tout pour éviter à jamais que les Noirs ne deviennent riches.

Chantez chaque jour qu’ils est impossible au riche d’entrer au ciel. Faites leurs payer une taxe chaque semaine à la messe du dimanche. Utilisez ensuite cet argent prétendument destinés aux pauvres et transférez ainsi vos missions à des centres commerciaux florissants. Instituez pour eux un système de confession qui fera de vous de bons détectives pour démentir, auprès des Autorités investies du pouvoir de décision, tout Noir qui a une prise de conscience. ( tiré de : Afric-Nature, N°005 ),

( Oct. 1994, journal camerounais , in “le réformateur Chrétien N°004, page 11 )



Ne pensez pas que ce discours soit unique dans son genre, pas du tout, il y en a eu une multitude, on pourrait par exemple encore citer un extrait de la causerie du Ministre des colonies, M. Jules Renquin adressée, en 1920, à des missionnaires catholiques du Congo-Belge ( source : Avenir Colonial Belge, 30 octobre 1921, Bruxelles ). Dans cette causerie, les directives données aux missionnaires sont divisées en plusieurs points ; après la brillance du discours de Léopold II ci-dessus, j’aimerais quand même vous donner quelques éléments extraits de cette causerie en guise de cerise sur le gâteau.

La causerie en question commence ainsi : « Soyez les bienvenus dans notre seconde patrie, le Congo-Belge. » , et en voici quelques éléments dont je ne voudrais pas vous privez :

- Dites aux Noirs que leurs statuettes sont l’œuvre de Satan. Confisquez-les et allez remplir nos musées avec : de Tervuren (à Bruxelles), du Vatican. Faites oublier aux noirs leurs ancêtres.

- Considérez tous les noirs comme des petits enfants que vous devez continuer à tromper. Exigez qu’ils vous appellent tous « mon père ».

- Enseignez leurs une doctrine dont vous ne mettrez pas vous-mêmes les principes en pratique. Et s’ils vous demandaient pourquoi vous comportez-vous contrairement à ce que vous prêchez, répondez leurs que « vous les noirs, suivez ce que nous vous disons et non ce que nous faisons. Et s’ils répliquaient en vous faisant remarquer qu’une foi sans pratique est une foi morte, fâchez-vous et répondez : heureux ceux qui croient sans protester.

Et voici comment cette causerie se termine :

« Voilà donc Révérends Pères et Compatriotes, ce que j’ai été prié de vous faire savoir en ce jour. Main dans la main, travaillons donc pour la grandeur de notre chère Patrie , Vive le Souverain, Vive la Belgique ».

Pas étonnant que la Dynastie belge et l’Eglise Catholique soient toujours encore en si bons termes de nos jours !

Livres de l'auteur | L'auteur - Le Nlongi | Eglise et Colonisation | Le Katanga | Apostasier | Message politique | Liens
© Tous droits réservés - Kayemb "Uriël" Nawej - 2004          Nb Visiteurs
plan du site
referencement